Notre newsletter

  • White Facebook Icon

Les informations recueillies font l'objet d'un traitement informatique destiné à permettre l'adhésion au mouvement des Gilets Jaunes Citoyens. Le destinataire des données est le service des adhésions des GJC, exclusivement.
Conformément à la loi "Informatique et Libertés" du 6 janvier 1978, vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification aux informations qui vous concernent. Si vous souhaitez exercer ce droit et obtenir communication des informations vous concernant, veuillez vous adresser au service des adhésions des Gilets Jaunes Citoyens.

Contact presse : téléchargé notre dossier de presse

© 2018 Rassemblement des "Gilets Jaunes Citoyens". Proudly created  

L'Europe de la soumission non, l'Europe Citoyenne oui 

 

Ce programme proposé pour les élections européennes est issu d'une phase de contribution qui à donné lieu à plus à 500 contributions recueillies à partir des cahiers de doléances mis en ligne sur le site des Gilets Jaunes Citoyens. Elles ont été triées en 11 grands points essentiels.

 

NOTRE PROJET :

 

Parce qu'elle s'éloigne des préoccupations des citoyens, qu'elle est devenue un sujet élitiste, l'Europe ne fait plus rêver. Elle souffre de ses propres difficultés. Son incapacité à les surmonter la voit s'éloigner de ses fondamentaux, ceux de son projet initial. Elle souffre d'un monde qui bouge autour d'elle et dans lequel elle ne parvient plus à trouver ses véritables repères. Les citoyens en ont perdu leur représentation et voient le projet européen comme un échec, comme une atteinte à leur liberté, à leur dignité. 

Ces mêmes citoyens ne doivent plus subir le dictat des banques, de la finance, ils ne doivent plus être les otages d'un dumping social et fiscal. Pour cela nous devons en terminer avec les traités qui mettent à mal le rêve européen. 

L'élection à venir doit incarner bien plus qu'un programme, un véritable projet : elle doit fonder les bases du nouveau rêve européen. Nous ne devons plus tomber dans le piège politique de voter contre, de confondre cette échéance avec un quelconque référendum contre Emmanuel Macron. Notre seul objectif doit être l'intérêt citoyen avant tout. Il nous faut donc oser. Seule notre capacité à nous remettre en question , à réécrire les véritables fondements qui nous permettrons d'esquisser un avenir serein, nous permettra de renouer avec le rêve européen.

 

Nous devons donc en terminer avec le traité de Lisbonne, aux soumissions à la Commission, nous devons désormais imposer notre capacité à renégocier et décider. Pour ce faire, nous avons l'obligation d'un véritable projet fort dans sa capacité à mener à bien une politique ambitieuse de progrès social, de récupérer nos acquis sociaux perdus, de protéger nos retraites, de reconstruire nos services publics.

Pour se faire, nous devons admettre l'idée de la faillite idéologique de l'Union européenne et de l'importance de notre attachement à un héritage commun. Dans un contexte d'une importante crise économique, sociale, migratoire, politique, morale et culturelle, aucun pays ne peut devenir un état fort si sa souveraineté se voyait amputée de quelques manières que ce soit. 

 

Cette Europe nouvelle que nous souhaitons nous la bâtirons avec nos idées neuves, nous y porterons la paix pour une véritable Europe démocratique. Elle sera le fer de lance du progrès social où nous replacerons l'humain au coeur de nos ambitions
afin d'y préserver nos libertés tout en en garantissant l'égalité entre nous tous, entre chaque peuple, entre chaque citoyens.

 

L'Europe doit impérativement se doter d'un projet de civilisation visionnaire et innover pour affronter les défis à venir. Les traités européens ne le permettent pas. Ils bâillonnent notre démocratie et de facto notre souveraineté. L'austérité de ces dernières années mise en place en Europe n'était qu'un prétexte pour préserver les lobbies, délocaliser en masse en opposant les citoyens des différents pays. De ce fait, la logique de concurrence qui anime la politique européenne a montré toutes ses limites.

 

Cette nouvelle Europe dont nous avons à coeur de construire se dotera  d'une véritable justice sociale et fiscale. Les pauvres ne paieront plus pour permettre des cadeaux aux plus riches, les pollueurs seront les véritables payeurs, les évadés fiscaux devront rendre des comptes. Nous ne pouvons et ne voulons plus courir à notre perte à cause de règles absurdes. Pour exemple, la lutte contre le réchauffement climatique impose une cohérence écologique seulement notre gouvernement est incapable de prendre les mesures unilatérales qui s’imposent pour y parvenir. Le glyphosate est toujours autorisé en France et au sein l’Union européenne. Son importation n'est pas interdite malgré les dangers.

Nous devons abattre ce mur des incoherences. Il ne s'agit nullement de désobéissance mais seulement de reprendre en main notre destin, c'est notre unique volonté.

C'est en redonnant à chaque pays ses droits initiaux d'action et de décision quand il le jugera nécessaire, que nous réconcilierons les citoyens avec le rêve européen. C'est en faisant la chasse aux injustices manifestes que les peuples ne se replieront pas sur eux-mêmes mais pourront apprendre et grandir de leur différence. C'est la seule arme véritable pour faire face aux populismes et aux extrêmes dont l'unique but est de diviser en mettant à mal le bien-vivre ensemble.

Thierry Paul Valette

Co/fondateur des Gilets Jaunes Citoyens

 

 

  

 

 

Les 11 points clefs du projet européen des "Gilets Jaunes Citoyens" : 

 

  • Création d'une commision citoyenne                                      

  • Protection et revalorisation de la personne humaine         

  • Mise en place d'un plan de moralisation de la vie politique                

  • Transition écologique cohérente et innovante                        

  • Mise en place d'une politique de défense commune 

  • Maîtrise du dumping social.                                                        

  • Renforcement de la lutte contre l'évasion fiscale.                                                   

  • Retour à une agriculture de proximité.                                    

  • Nouvelle perspective de la  politique migratoire.                                      

  • Élaboration d'un plan de sauvegarde de la biodiversité 

  • Mise à contribution des "Gafa".